Les donateurs suisses plus généreux que jamais

18 Mar 2011

Jamais encore, les ménages suisses n’avaient autant donné qu’en 2010. La somme de don moyenne a progressé de 51% à un niveau encore jamais atteint de 694 francs par ménage. Le volume de dons estimé des ménages privés suisses est ainsi passé à 1,2 milliard de francs en 2010, ce qui correspond au deuxième niveau le plus élevé depuis l’année 2005 qui a suivi le Tsunami et au cours de laquelle un nombre particulièrement important de personnes s’étaient sont mobilisées.

Chaque centime compte, tremblement de terre en Haïti, année de la biodiversité, catastrophe pétrolière dans le Golfe du Mexique, inondations en Asie, controverse sur l’intégration des personnes handicapées, nouveau sentiment patriotique, etc. Entre décembre 2009 et novembre 2010, les occasions et les thèmes pour stimuler le cœur des donateurs n’ont pas manqué. Et ces derniers ont effectivement été nettement plus généreux qu’auparavant. Le somme moyenne de don par ménage a progressé de 51%, passant de 458 à 694 francs. Jamais encore une valeur moyenne aussi élevée n’avait été enregistrée.

Depuis 2007, enquête sur toute l’année
Le volume estimé des dons des ménages privés suisses s’est ainsi établi à 1,2 milliard de francs suisse, ce qui correspond au deuxième montant le plus important depuis l’année 2005 qui a suivi le Tsunami. Les dons ont augmenté tant en Suisse alémanique qu’en Suisse romande. Chaque ménage a donné en moyenne 786 francs en Suisse alémanique et 403 francs en Suisse romande.

Les personnes âgées et cultivées font des dons plus généreux
En 2010, les seniors et les personnes cultivées ont été particulièrement généreux. Ces deux groupes ont donné 1000 francs en moyenne. L’année précédente, les donateurs âgés s’étaient montrés plus réservés (2009 : 456.–, 2008 : 487.–). La vieille génération réagit de manière très sensible à des événements tels que la crise financière qui a fait les grands titres début 2009. Manifestement, ces personnes ont à nouveau plus confiance dans la situation économique et se sont montrées cette année particulièrement enclines aux dons.

Donner à ceux qui sont dans le besoin
On a cité à l’augmentation du montant des dons cette année de nombreux motifs liés à la volonté d’apporter un soutien aux personnes frappées par le malheur. Les catastrophes, par exemple en Haïti ou au Pakistan ont manifestement suscité la pitié et la solidarité. Des donateurs toujours plus nombreux ont indiqué avoir donné plus par générosité. Des montants importants ont ainsi été versés, notamment plus de sommes à quatre chiffres. La proportion des personnes ayant donné plus de 1000 francs a progressé de 5% en 2009 à 16% en 2010.

Tous les buts ont profité
Il est intéressant de constater que, contrairement à ce que l’on aurait pu supposer, l’aide en cas de catastrophe n’a pas été la seule bénéficiaire de cette bonne année. En effet, tous les autres buts ont également profité des dons. Manifestement, on accorde une grande importance à l’acte du don en Suisse, ce qui se répercute positivement sur tout le secteur de l’utilité publique, en tant qu’entité. S’agissant de la part des donateurs au sein des organisations évaluées, la Chaîne du bonheur a, comme prévu, été la principale bénéficiaire. Mais la plupart des autres organisations ont, elles-aussi, enregistré une bonne année.

Aucune mobilisation de nouveaux donateurs
Mais ceci n’a pas entraîné la mobilisation de nouveaux donateurs. L’année dernière, 69% des ménages suisses, c’est-à-dire plus ou moins la même proportion que les années précédentes (72%) ont donné. En débit des méga-événements largement couverts par les médias, on n’a pas observé de mobilisation de nouveaux donateurs en 2010 alors qu’en 2005, suite aux deux événements importants qu’ont été le tsunami et la tempête en Suisse, un nombre record de 81% des ménages avait fait un don.

A propos de l’étude
Entre le 3 décembre 2009 et le 30 novembre 2010, sur mandat de 35 organisations d’utilité publique, l’institut de recherche gfs-zürich a interrogé 1540 personnes en Suisse alémanique et en Suisse romande sur leur comportement en matière de dons et l’image qu’elles ont des diverses organisations. Cette enquête représentative est menée tous les ans depuis 1997.

Bildschirmfoto 2011-03-11 um 09.17.27.png

TOPPrintversion*